De Taussac

L'église de Notre-Dame de l'Assomption de Taussac fut jadis dédiée à Saint-Martial, apôtre légendaire de l'Aquitaine. Un petit tableau populaire, placé dans l'église, le représente. L'édifice du XVe siècle renferme des oeuvres d'art populaire du XVIIe siècle (St Antoine, St Jean Baptiste, Vierge du Rosaire, Vierge à l'enfant). Des culots historiés représentent des anges ou des personnages jouant d'instruments de musique ou buvant.

Taussac avait deux annexes : Manhaval et Mayrinhac. Le prieuré de l'église était de la mense du doyen de Rieupeyroux ; autrement dit celui-ci en percevait les revenus. Cette union à Rieupeyroux et à Limoges explique le très ancien culte de St Martial. La dépendance envers St Martial de Limoges est attestée en 1096 (confirmation par le pape Urbain II).

Eglise de Taussac

Eglise de Taussac

Au Moyen-âge, la juridiction de Taussac était partagée entre le doyen de Rieupeyroux, patron de l'église, et le comte de Rodez (accord en 1295).

On sait qu'un fort existait en ce lieu au XIIIe siècle. C'est à l'origine du château qui relevait des vicomtes de Carlat. Jean de Séguy, seigneur de Taussac, y résidait à la fin du XVIIe siècle. La bâtisse actuelle, en cours de rénovation, comporte des éléments datés de 1731 (belles pierres à l'entrée de l'étable) et de 1780.

Chateau de Taussac

Chateau de Taussac

SES ENVIRONS

Bellevue : Fosses préhistoriques d’extraction de silex.

Capelote de Brouniou : Statue de Notre-Dame de Pitié, dans la paroisse de Peyrat.

Casenove ou Cassanode : Jadis hôpital pour les pèlerins et grange, dépendants de la domerie d’Aubrac. Le commandeur rendait hommage au Vicomte de Carlat. L’église était en ruine au XVIIIe siècle. On y a retrouvé des sarcophages en 1968.

Combelou : Anciennes mines d’argent, mentionnées dans une enquête de 1456 (plomb argentifère).

Cuernegre : Château de Michel de Laparra (qui y fit son testament le 9 mars 1601, après avoir reçu quatre coups d’épée su sieur Jean Chaumel).

Manhaval : A l'église de Notre-Dame de Manhaval étaient attachés un prieuré et une cure. Le prieuré dépendait du prieur de Bredons, près de Murat dans le diocèse de Saint-Flour. Manhaval devint annexe de Taussac et ne retrouva sont titre de paroisse qu'après le Concordat. Les habitants de la Raygasse (Cantal) se rattachaient jadis à la paroisse de Manhaval.

Le lieu est cité en 1266. Le village est situé à l'extrémité d'un étroit éperon entre deux gorges abruptes (vallée du Goul). L'église est romane ou pré-romane, avec choeur en cul de four, chevet circulaire, clocher-mur et ajouts modernes (vers 1850). L'arc triomphal épais, à ouverture étroite, est orné au niveau des corniches, de figures archaïques (animaux et personnages). L'église renferme un rétable du XVIIe siècle.

Eglise de Manhaval

Eglise de Manhaval

Masclat : Ancienne dépendance d’Aubrac.

Mayrinhac : Paroisse. L’abbaye de Bonneval y percevait des droits au Moyen-âge. L’église est célèbre par ses mille reliques réunies par un curé vers 1865.

Village de Mayrinhac
Village de Mayrinhac

Notre-Dame de Lez : Le lieu est mentionné dans le testament de Garsinde, comtesse de Toulouse (972). Elle donnait la terre à St Géraud d'Aurillac. Selon la légende, la statue de la vierge fut découverte dans un vieux châtaignier. L'édifice actuel fut construit en 1745 (date inscrite sur la clef de voûte à l'entrée du choeur) et restauré en 1837. Il renferme des statues du XVIIIe siècle : Ste Marthe et la Tarasque, Marie-Madeleine et la tête de mort, etc ... Le cardinal Verdier consacra en 1920 une plaquette à ce sanctuaire marial, le plus célèbre du Barrez.

Chapelle de Lez

Chapelle de Lez

Passevanneau : près de la route de Mur-de-Barrez et d’Entraygues : vestiges d’habitat gallo-romain. On y trouva des débris de statues taillées dans les roches volcaniques de la région (tête et torse de guerrier).

Peyrat : Ancienne église matrice de Mur-de-Barrez. Le prieuré de St Hilaire de Peyrat dépendait du prévôt de Montsalvy. Le prieuré de Lez faisait partie de cette paroisse. L'église, du XVe siecle, a un porche orné de l'Annonciation et de deux figures de saints. Elle renferme un bénitier du XVIe siècle, des rétables du XVIIe siècle et, dans la chapelle de droite, un beau tableau populaire du XVIIe siècle représentant Ste Agnès.

Eglise de Peyrat

Eglise de Peyrat

Pierrefiche : Seigneurie en 1789 de B.-J. de Dourdou.

Pouchicoux : Sources minérales.